Imaginaires du Nord et d'ailleurs

LES DIEUX DE LA STEPPE (Andreï Guelassimov)

LES DIEUX DE LA STEPPE (Andreï Guelassimov)

22,80

Dans un village de Sibérie, Petka, un petit garçon toujours pieds nus, va chaque jour à la gare voir passer les convois militaires qui parfois s’arrêtent. Nous sommes en 1945, et la guerre ici n’est pas tout à fait finie, une offensive contre les Japonais est imminente, mais dans ce village du bout du monde la vie suit son cours… Petka, traité de “fils de pute” parce qu’il n’a pas de père, vit chez ses grands-parents avec sa mère.

2 en stock

Description

352 pages

Dans un village de Sibérie, Petka, un petit garçon toujours pieds nus, va chaque jour à la gare voir passer les convois militaires qui parfois s’arrêtent. Nous sommes en 1945, et la guerre ici n’est pas tout à fait finie, une offensive contre les Japonais est imminente, mais dans ce village du bout du monde la vie suit son cours… Petka, traité de “fils de pute” parce qu’il n’a pas de père, vit chez ses grands-parents avec sa mère.
Persécuté par une bande de gamins d’une rare méchanceté, tels ceux de Sa Majesté des mouches, il n’a que deux amis – un garçon maladif et un louveteau qui terrorise les chèvres de sa grand- mère. Près du village, une “zone interdite” s’est développée au travers d’un camp de prisonniers de guerre japonais qui travaillent dans une mine. Parmi eux, un médecin originaire de Nagasaki qui raconte chaque soir, dans un carnet, l’histoire de sa famille, à la manière du Dit du Genji, espérant qu’un jour son fils le recevra, comme un “salut du royaume des morts au monde des vivants”.
Il ignore évidemment que quelques jours plus tard sa femme et son fils succomberont avec soixante-quinze mille autres personnes dans l’explosion de la seconde bombe atomique américaine. LUnion soviétique a vaincu l’Allemagne nazie, les soldats démobilisés commencent à rentrer et, comme après chaque guerre, les comptes vont se régler…

L’éditeur en parle

Filippov, metteur en scène de renom, revient chez lui en Sibérie sans savoir qu’il va au-devant d’une catastrophe. Il atterrit dans une ville en état de choc alors qu’un froid polaire inhabituel, accompagné d’une gigantesque panne de chauffage, paralyse la région.

À propos de l’auteur

Andreï Guelassimov est né en 1965 à Irkoutsk. Après des études de lettres, il part à Moscou suivre les cours du metteur en scène Anatoli Vassiliev au Gitis (Institut d’art théâtral de Russie). Spécialiste d’Oscar Wilde, il a enseigné à l’université la littérature anglo-américaine. Son premier roman, La Soif (Actes Sud, 2004), sur la guerre de Tchéchénie, lui a assuré une notoriété jamais démentie sur la scène littéraire russe.
Toute son ouvre est publiée par Actes Sud. Dernier titre paru : Les Dieux de la steppe (2016).